Caroline Rioche - le Cheval de Dressage Français : un véritable savoir-faire français

Voici un nouveau venu dans le paysage de l'élevage français : le stud-book Cheval de Dressage Français (CDF). Ouvert aux éleveurs de chevaux de Dressage issus de croisés lusitaniens, le CDF ambitionne de valoriser, développer et promouvoir un savoir faire tricolore unique. Explications avec une de ses fondatrices : Caroline Rioche.


Vous venez d'annoncer la création et le lancement du stud-book Cheval de Dressage Français. Quelle a été la genèse de ce projet et quelles sont les raisons de sa création ?


Bien que vous me posiez la question, je tiens à préciser que je ne suis pas à l'initiative de cette idée. Dès les années 80, un certain nombre d’éleveurs français ont pensé à faire des croisés lusitaniens en France. Depuis les années 2000, nous sommes passés de quelques dizaines de naissances par an à plus d’une centaine aujourd’hui. Vincent Guilloteau est le premier à m'avoir évoqué l'idée de créer un stud-book : une idée née de son histoire avec le Puy de Fou, de son expérience des lusitaniens et des croisés, de sa relation d’amitié avec Sylvain Massa depuis 25 ans, de sa connaissance du marché international qu’il possède en partie grâce au rôle qu’il a joué dans la commercialisation des chevaux de l'élevage Massa à Andreas Helgstrand. Il m'a donc fait rencontrer Sylvain Massa qui est l’éleveur de croisés lusitaniens le plus connu en France et c'est ainsi que l'aventure a commencé. En tant que présidente de France Dressage, j’avais conscience que de nombreux éleveurs produisaient des chevaux croisés lusitaniens, performants pour la discipline du Dressage, sans disposer pour autant d'un stud-book français pour les enregistrer, ayant comme seules alternatives de les laisser OC ou de les inscrire au CPD au Portugal, au Z ou au SBS par exemple. J’ai relevé le challenge car c’était une chance de plus de pouvoir faire reconnaître la France comme Terre d’élevage pour la discipline du Dressage, c'est ce qui m’anime et me motive. Donc depuis 2 ans, j’ai travaillé, avec l'aide de Sylvain Massa et de sa femme Anne Sophie, et Vincent Guilloteau bien pour comprendre les caractéristiques de la race et pouvoir écrire un programme d’élevage.


Comment crée-t-on un stud-book ?


Tout d’abord, il faut pouvoir démontrer les caractéristiques génétiques spécifiques de la race, sa stabilité, ce qui veut dire avoir un nombre suffisant de produits et ce depuis suffisamment longtemps. Une race ne peut pas être créée uniquement sur des caractéristiques de discipline. Il a donc été démontré que les croisés lusitaniens répondent à ces critères. Avec l’aide de l’IFCE et de la SHF, et après de longues démarches, l'arrêté d'approbation de l’Organisme de Sélection du Cheval de Dressage Français (CDF) est sorti le 17 juin 2020. Depuis cette date, la mise en place des nombreux outils nécessaires au bon fonctionnement de cet OS ont pris du temps : site internet, règlement, formulaires, base de données du SIRE. Désormais tout est prêt.

Comment avez-vous choisi ce nom ?

Il était important de pouvoir afficher très clairement que c’est une race française, fruit du travail des éleveurs français. Ce nom est volontairement généraliste car une race doit pouvoir évoluer avec le temps.


Est ce que le stud-book CDF est le stud-book de l’élevage Massa ?


L'élevage Massa a joué un rôle essentiel pour démontrer la crédibilité de la démarche d’approbation de l’Organisme de Sélection. Il est évident que sans le travail de sélection réalisé par Sylvain Massa depuis 40 ans pour l’amélioration des aptitudes au sport de haut niveau de la race, sans la qualité et l’importance de sa production, et sans l’énergie qui les animent lui et Anne Sophie, la création de ce stud-book aurait été plus difficile. Sylvain Massa est fier d’avoir contribué à cette reconnaissance de la race par la France. Mais ce stud-book CDF est celui de tous les éleveurs français qui le souhaitent.


Quelles sont les spécificités du CDF ?


Pour enregistrer un cheval, il doit avoir dans sa lignée au moins un lusitanien jusqu'à sa 3 ème génération, soit 12,5 % de sang lusitanien minimum. Un cheval 100 % lusitanien ne pourra pas être enregistré car il y a déjà un studbook prévu pour lui. Autre spécificité : le CDF n’approuve que des reproducteurs identifiés pour la discipline du Dressage afin que le futur acheteur sache automatiquement qu’un cheval né CDF est un cheval de dressage. Enfin, et pas des moindres, le CDF repose sur une véritable sélection des juments : pour garantir la qualité et la sélection sur la discipline, seules les juments ayant reçu une approbation facteur de CDF pourront reproduire dans le stud-book. Les juments nées CDF devront elles aussi obtenir leurs approbations à la reproduction.


Avec quelle structure le CDF fonctionne-t-il ?


Il s'agit de l'association Française du Cheval de Dressage, présidée par Sylvain Massa. Elle sera financée par les adhésions, les inscriptions de poulains, les subventions et les aides accordées. Le dossier d'inscription du CDF à la World Breeding Federation for Sport Horses est en cours.


Le Selle Français est aujourd'hui privilégié dans le processus de sélection pour le Championnats du Monde Jeunes Chevaux. Qu'en sera-t-il demain ?


Dès l’approbation du stud-book par la WBFSH, un CDF aura autant de droit que le Selle Français, il faut juste laisser aux chevaux le temps de grandir. Par contre, dès maintenant, avec l’identification plus importantes du nombre de naissances pour la discipline du Dressage nous avons une chance de voir un jour le nombre de places pour le France augmenter et de ce fait plus de chances de bien figurer sur ce type de rendez-vous.


En quoi, le CDF constitue-t-il une opportunité commerciale pour les éleveurs ?


Aujourd'hui, quand un éleveur français inscrit son poulain dans un stud-book étranger, dans l'esprit d’un acheteur, il est né à l'étranger. Le croisé lusitanien correspond à un véritable savoir-faire français. Il est l’opportunité de faire des croisements différents de que ce qui se fait ailleurs. Aujourd'hui, en France, nous sommes capables de communiquer sur ce cheval unique, moderne avec des aptitudes pour le rassembler, avec une excellente dressabilité, du chic, de l’étendue et une activité remarquable dans les 3 allures. Je crois vraiment que c'est un cheval unique au monde et que personne ne sait que c’est un cheval français car ils sont inscrits à l'étranger. Il y a donc un véritable enjeu de visibilité et de reconnaissance du travail de nos éleveurs.


En quoi le CDF est unique et différent du CPD ?


Déjà c’est un stud-book français ! Bien sur il y a des croisés lusitaniens au Portugal, mais le stud-book CPD a été créé pour permettre aux éleveurs qui ne font pas de lusitaniens purs de les inscrire dans un registre de race, mais il n’y pas de sélections, comme le CDF par exemple sur la discipline, donc acheter un CPD ne garantit pas l’utilisation du cheval. Pour le CDF, les spécificités mises en place vont garantir la caractérisation pour la discipline du Dressage, la qualité de la race et sa pérennité, qui plus qu’une race sera perçue demain comme une marque française haut de gamme.


Quelles sont les ambitions du CDF en matière d'enregistrement de poulains ?


Le marché international s’intéresse à cette race car le CDF répond à une demande croissante dans le monde, la mise en avant de cette race va aussi stimuler le marché national. Le programme d’élevage va permettre aux éleveurs français de bénéficier de toutes les aides prévues à cet effet, comme les primes PACE. Ces mesures en plus des ventes, vont booster les naissances .Pour le moment, nous espérons une centaine de naissances inscrites au CDF, puis passer à 200 d'ici 3 ans, pour atteindre les 4 ou 500 dans 5 ans. Les choses peuvent aller vite car nous avons déjà dénombré pas moins de 150 éleveurs français qui produisent ou ont produit des croisés lusitanien. Nous partons d'une page blanche qui nous permet de mettre en place un système basé sur la qualité. C'est un chapitre d’histoire qui va s’écrire pour tous les passionnés de Dressage.


Plus d'infos sur le site internet

Page Facebook


crédit photo : DR

childéric2.jpg
bandeau la collection3.jpg

CHEVAUX DE DRESSAGE A VENDRE

Tarif annonce : 15€ / le trimestre

également dans l'actu