Muriel Leonardi : la rhinopneumonie nous handicape beaucoup dans notre préparation


Si tous les regards sont tournés vers les Jeux Olympiques et les Championnats d'Europe de Hagen, chez les Children, Poneys, Juniors et Jeunes Cavaliers aussi l'heure est à la préparation des Europes. Entre Covid 19 et rhinopneumonie, difficile pourtant d'envisager une saison et un processus de sélection. Dressprod fait le point avec Muriel Leonardi, la sélectionneuse nationale des Jeunes :


Comment accueillez-vous l'annonce du probable déplacement des Championnats d'Europe de Valence ?


Pour l'instant, l'annonce est récente, nous n'avons donc pas davantage d'informations que ce qui a été communiqué. A priori, la compétition devrait rester en Espagne, l'organisateur cherche semble-t-il un autre lieu susceptible d'accueillir l'événement. Mais c'est surtout la date de ces Championnats, tout début juillet, qui m'inquiète davantage. Cela signifie que les sélections devront être faites grosso modo pour début juin, alors que les cavaliers sont peu ou pas sortis. Nous avons questionné la FEI à ce sujet. La rhinopneumonie nous handicape aujourd'hui beaucoup dans notre préparation, et s'est ajoutée aux incertitudes liées à l'évolution de la Covid, aux restrictions qui y sont associées et se prolongent sans beaucoup de visibilité à moyen terme.


Quel programme envisagez-vous malgré tout ?


Normalement, nous croisons les doigts pour que la France reste en zone orange et ne passe pas en rouge, mais nous devons aller la semaine prochaine avec 7 couples en Belgique, à Sint Truiden. Si tout va bien, nous projetons ensuite le CDIO et CDI du Mans, celui de Compiègne, peut-être la TDA de Mâcon puis Hagen, à voir selon les possibilités notamment scolaires des uns et des autres et les restrictions sanitaires qui seront ou non toujours en place. Comme pour beaucoup d'entre nous, on avance un peu au jour le jour en fonction de l'actualité, en essayant d'anticiper au mieux.


Quel dispositif de suivi avez vous mis en place en cette période particulière ?


Au mois de février, après l'international du Mans, nous avons pu faire venir les Jeunes pour un stage. Ensuite, je suis partie dans le sud, à Pierrelatte pour deux jours de suivi et de détection. Les Jeunes Cavaliers réussissent pour certains à sortir un petit peu sur le circuit Pro 4. La Covid a cependant créé une frustration avec certains qui pouvaient concourir et d'autres non. La rhino a malheureusement logé tout le monde à la même enseigne. Du coup, je me suis déplacée un peu partout en France, notamment pour voir les Children qui n'ont pour la plupart pas pu concourir. Je n'ai pas pu voir tout le monde car les regroupements de chevaux étaient interdits, mais j'ai été chez eux, à Angers, Saumur, Saint Étienne, Genève ou encore Deauville. Nous nous appelons, ils m’envoient régulièrement des vidéos et je suis en contact régulier avec leurs entraîneurs privés.


Sur quel niveau estimez-vous cette année l'équipe de France la plus compétitive ?


C'est assez difficile de se prononcer car je les ai peu vus, même s'il est certain que les Jeunes Cavaliers sont les plus routinés. Ce sont soit d'anciens Juniors, soit des Jeunes Cavaliers expérimentés. Il y aussi des couples qui arrivent mais qui pour certains n'ont pas pu sortir. En poneys, nous gardons certains couples de l'année dernières et Under Cover Fast devrait rester sur le circuit avec Stella Briand. En Children nous avons de bons couples qui malheureusement ne sont pas sortis.


Comment accueillez-vous justement l'annonce du maintien d'Under Cover Fast dans le vivier des Poneys ?


Je suis très contente, c'est une excellente nouvelle. Under Cover Fast est un poney que je connais très bien puisque je l'ai déjà sélectionné 3 fois en équipe de France pour les Championnats d'Europe : 2 fois avec Charlotte Palas et l'année dernière avec Cassandra Rouxel. C'est un poney que j'aime beaucoup. Stella Briand a quant à elle fait deux fois les Championnats d'Europe en Children avec une médaille l'année dernière. Elle passe de cheval à poney, souvent c'est l'inverse. Il va donc falloir que le couple se forme car c'est un peu différent mais je suis confiante, Stella a l'expérience des Europes, elle est athlète de haut niveau, elle pourra donc sortir.


Estimez-vous que les cavaliers étrangers connaissent les mêmes difficultés de préparation ?


Je pense que tout monde est un peu logé à la même enseigne. Nous l'avons d'ailleurs vu l'année dernière aux Championnats d'Europe où même chez les grandes nations, on voyait bien que certains couples manquaient de compétitions.


crédit photo : PSV/FFE

childéric2.jpg
bandeau saison 2021 - 1.jpg
GIF-Foals-2020-HDLG.gif
logo e riding def.png
31.gif
v5.gif
encart jumpin.jpg
steinberg mars 2021.jpg
encard.jpg
Natacha Micoud dressage.png

CHEVAUX DE DRESSAGE A VENDRE : Tarif annonce : 15€ / le trimestre

également dans l'actu