Libre d'Equita'Lyon : Charlotte Dujardin ne met pas fin au règne d'Isabell Werth

01/11/2019

 

C'est un après-midi de grand sport qui attendait les spectateurs de la reprise libre Coupe du Monde d'Equita'Lyon : le duel semblait encore inévitable entre Isabell Werth et Charlotte Dujardin. Si la britannique associée à MSJ Freestyle prenait hier l'avantage, les cartes étaient donc rabattues pour cette seconde manche de la compétition, et la bataille s'annonçait, au moins sur le papier, serrée. Avec un record personnel à 87,625 %, obtenu pour Emilio sur la libre du CHIO d'Aix la Chapelle, contre 87,600 % acquis à Hartpury pour la fille de Fidermark, tout semblait indiquer que la victoire ne tolérerait la moindre faute.

 

Toujours aussi combative, Isabell Werth enchaînait aujourd'hui encore les difficultés, invitant le public à l'accompagner. Avec une reprise sans faute à 87,090 %, l'athlète la plus titrée au monde quittait la piste sous l'ovation du public. Elle remporte sa 5 ème victoire à Lyon et la 3 ème consécutive.

 

Dernière à prendre le départ de l'épreuve, Charlotte Dujardin savait donc parfaitement quelle performance elle devait délivrer. Avec une note de 83.925 % la britannique ne met donc pas fin au règne d'Isabell Werth sur cette étape de Lyon, en cause : une petite contraction sur une pirouette qui lui coûte cher. Le podium est complété Frederic Wandres et Duke of Britain à 80,015 %.

 

Du côté des français, c'est aujourd'hui Anne Sophie Serre et Actuelle de Massa qui réalisent la meilleure performance tricolore. Bien qu'un peu impressionnée lors de son entrée, la jeune jument aura tout de même réussi à contrôler son émotion. Avec une moyenne de 76,180 %, elles pointent en 8 ème position. Morgan Barbançon et Sir Donnerhall II, qui ne manquait pas de s'exprimer à sa sortie de piste, s'adjugent quant à eux la 9 ème place à 76,070 %. Stéphanie Brieussel et Amorak prennent pour leur part la 13 ème à 69,%.

 

L'édition 2019 de la Coupe du Monde d'Equita'Lyon se conclue sur une autre bonne note : celles de voir des tribunes pleines à craquer.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Please reload