Guillaume Recoing : les jeunes chevaux sont ma spécialité et j'aime vraiment ça

09/04/2019

Triple champion de France et 7 fois vice-champion en jeunes chevaux, vice-champion de France Pro 3 : avec 3 participations aux Championnats du Monde, discrètement, Guillaume Recoing fait son bout de chemin. 15 ème l'été dernier à Ermelo avec sa Star de l'Océan, le cavalier installé à son compte au Haras de Hus pourrait bien, cette année encore, défendre le drapeau tricolore.

 

 

 -Quelles ont été les orientations de votre travail d'hier ?

 

 L'objectif de cette année, ce sont les cycles classiques 6 ans. Notre hiver a été un peu perturbé. Nous avons participé aux stages Jeunes Talents de la SHF avec Marina Caplain Saint André qui nous ont permis d'attaquer le sujet des changements de pieds. Il reste des choses à mettre en place, mais dans l'ensemble, ça avance bien. Pleins de petites choses sont venues se greffer sur notre préparation et nous ont retardés : je me suis cassé la main donc j'ai un peu moins monté. Star était aussi un peu fatiguée donc je l'ai laissée tranquille pendant quelques temps. Jusqu'en décembre nous avons bien travaillé et à partir de janvier nous avons fait un peu plus cool. Nous sommes maintenant à nouveau dans le vif du sujet des changements de pied. Nous avons bien avancé même s'ils doivent maintenant être confirmés avant de se présenter en concours. Je suis confiant, nous allons dans la bonne direction. D'une manière générale nous avons travaillé le rassembler au galop, elle commence d'ailleurs à bien le maîtriser. Elle connaissait déjà un peu l'enchaînement épaule en dedans/appuyer et au pas les demi-pirouettes ne lui posent pas non plus de problème.

 

 -En octobre vous participiez au clinic avec Isabell Werth organisé par le programme Jeunes Talents. Avec le recul, cette expérience a-t-elle fait évoluer votre équitation ?

 

 Le clinic nous a apporté une excellente médiatisation, ce qui est important pour notre discipline. Les conseils qu'elle m'a donné étaient très classiques, très orientés sur le travail de base. J'essaie désormais de faire plus attention à ma position, et à avoir des mains plus basses. Isabell a également beaucoup insisté sur le fonctionnement global de la jument, chose, bien sûr également très importante à mes yeux et déterminante dans mon travail quotidien.

 

 -Comment avez-vous organisé votre entraînement cet hiver ?

 

 J'ai participé à 3 stages Jeunes Talents avec Marina que je connais depuis longtemps et qui a été très importante dans ma carrière. Sa compétence technique est reconnue et indéniable mais au-delà de ça, nous nous connaissons tellement bien que l'avoir à nos côtés est rassurant et très positif pour nous. Je travaille également avec Jessica (Michel-Botton), au cas par cas, quand je sens que j'ai besoin d'aide. Le fait que nous soyons tous les jours dans le même manège permet de nous caler une heure de temps en temps pour qu'elle m'aide sur un point technique. C'est très précieux pour moi. Plus épisodiquement je travaille également avec Hans Heinrich Meyer Zu Strohen et Ariane Pourtavaf qui m'ont beaucoup entraîné quand je montais pour le Hus, ils me connaissent par cœur et je leur fais 100% confiance.

 

 -Quel programme de saison envisagez-vous ?

 

Mon écurie démarrera dans 15 jours, au CIR du Lion d'Angers. Je vais emmener une 4 ans (Kolomba d'Echallens) et des élèves. Pour Star, je pense que je vais essayer de faire un concours avant le CIR de Jardy, support de la sélection pour Ermelo, sinon nous irons directement. Et si elle n'est pas prête, nous resterons à la maison. Il est encore trop tôt pour le savoir. J'ai une jument incroyable et très motivante pour l'avenir, je ne veux pas aller plus vite qu'elle, au risque d'aller justement "trop" vite, ce n'est pas ma philosophie.

 

 -Quels sont les autres chevaux qui composent votre écurie ?

 

J'ai 6 chevaux au travail, dont 2 qui nous appartiennent : Star, et un 4 ans, Kensington, qui sortira un peu plus tard dans la saison car il a encore besoin de grandir. J'ai aussi la chance de pouvoir compter sur des propriétaires qui me font confiance depuis longtemps. Tout d'abord l'Elevage d'Echallens au travers de sa propriétaire Laurence Favre d'Echallens qui me confie 2 chevaux: Kolomba d'Echallens, qui était vice-championne des 3 ans l'année dernière à Saumur et First Time d'Echallens. Grâce à Laurence j'ai un roulement de chevaux régulier puisqu'elle fait naître 1 à 2 foals par an issus de choix de croisement bien pensés et qualiteux. Cela me permet de pouvoir toujours compter sur de nouveaux chevaux prometteurs. J'ai également une jument plus âgée, Fiderlys. Elle appartient à Véronique Ligoureau, la gérante de la société VLC Europe qui propose, via son site internet, des équipements haut de gamme pour les chevaux et les équipements équestres. Elle est un partenaire très important de notre écurie car elle nous permet de pouvoir utiliser des produits de haute qualité, notamment la gamme de complètements alimentaires Plusvital, afin de maintenir nos chevaux en bonne forme. Enfin j'ai un autre cheval de 4 ans, Shaman Kur, qui appartient à la famille Paillard, du Haras de la Gérillais. C'est un grand cheval, un fils de Sezuan, il débutera la saison un peu plus tard lui aussi car je l'ai au travail depuis peu et je veux prendre le temps de bien le construire. Il est très important pour ma femme, Jessica, et moi d'avoir une relation de confiance avec nos propriétaires, ce qui se construit sur le long terme. L'objectif de cette année est de pouvoir tous les emmener à la finale de Saumur, événement phare de la saison pour nous. L'élevage d'Echallens, VLC Europe et la société Selle Expert, qui m'équipe pour la sellerie, sont mes partenaires les plus proches. Nous en avons également d'autres qui participent à notre projet et qui nous font confiance pour la valorisation de leur image de marque, comme la société SAMO ou les fabricants de bottes BSBoots.

 

 -Vous êtes spécialiste des jeunes chevaux. Ambitionnez-vous également le Petit Tour et le Grand Tour ?

 

Avec First j'ai gagné quelques Pro 3 en 2018 et je pourrais aborder le Petit Tour cette année. Cependant il est à vendre. J'ai également déjà eu des résultats en St Georges/Inter 1 sur des concours Grands Nationaux et sur l'International de Biarritz. Les jeunes chevaux sont ma spécialité et j'aime vraiment ça. Le niveau que j'ai acquis me permet de faire du haut niveau en jeunes chevaux et de pouvoir monter dans de beaux concours avec comme ligne de mire les Championnats du Monde et la finale de Saumur. C'est déjà super, et très motivant! Le Grand Tour et le Petit Tour, c'est une question d'opportunité. Avec Star ou avec un autre cheval, si nous arrivons à gravir les échelons alors nous verrons s'il y a de la place pour nous à ce niveau-là. Avec les chevaux on ne sait jamais ce qu'il peut arriver, c'est ce qui fait le sel de ce métier! Maintenant, nous sommes tous conscients qu'avec un jeune cheval performant, les offres pour le commerce arrivent et c'est toujours difficile de résister car nous sommes professionnels et nous devons en vivre.

 

-Vous avez travaillé pour Christoph Niemann, Paul Schockemohle, l'élevage de Witt, Marina Caplain Saint André et le Haras de Hus. Quel regard portez-vous sur l'évolution de la discipline ?

 

La qualité des chevaux a considérablement augmenté. Le niveau des cavaliers s'est également grandement amélioré, les chevaux sont aujourd'hui mieux dressés et mieux présentés. Indiscutablement le niveau a monté, même si on ne peut pas encore nous comparer aux championnats allemands, hollandais ou danois, il faut voir d'où l'on vient, continuer de progresser et ne pas perdre le train du niveau international qui lui aussi ne cesse d'avancer.

 

 -Comment votre écurie est-elle organisée ?

 

Nous sommes 2 à travailler : ma femme Jessica et moi. Je travaille les chevaux, et elle s'occupe de l'organisation des écuries, bichonne les chevaux et s'occupe également de la comptabilité de l'entreprise. Je monte uniquement le matin car les après-midi sont consacrés à donner des cours, en semaine dans un périmètre autour de Nantes, et le week-end lors de stages organisés par des écuries privées ou centres-equestres. Nous avons 2 enfants, donc les journées sont organisées et bien remplies. Nous sommes installés au Haras de Hus, nous louons des boxes dans l'écurie de Gilles Botton, le cavalier de CSO du Haras. Etre dans un un tel cadre est très motivant pour moi. Plusieurs fois nous nous sommes posés la question d'investir dans notre propre structure mais c'est quelque chose qui pour le moment ne nous tente pas. J'ai besoin d'avoir d'autres cavaliers qui montent avec moi et c'est une des opportunités que m'apporte le Haras de Hus.

 

photo : collection privée/DR

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Please reload