top of page

Pauline Guillem : mes envies restent inchangées, je souhaite continuer à avancer vers le haut niveau

18 mois après son arrivée dans le bordelais, Pauline Guillem dévoilait la semaine dernière son départ du Haras de Malleret ; une annonce surprise alors même que la structure de Gérald Martinez réalisait, ces derniers mois, d'importants investissements avec l'acquisition de plusieurs nouveaux jeunes étalons.

Contactée en début de semaine, la cavalière de 28 ans donnait à Dressprod d'avantage de précisions sur son départ et son retour en Normandie : « travailler pour le Haras de Malleret aura été une expérience enrichissante. J’ai eu un piquet de chevaux très différents : avec des jeunes de 3 ans et des chevaux commençant tous les mouvements du Grand Prix, beaucoup d’étalons aussi, que j’adore pour leurs personnalités. J’ai dû m’adapter pour que chacun progresse, tout en respectant leur rythme. Le Haras est aussi un lieu féerique : il faut passer la porte du château pour comprendre toute la magie de cet endroit. Je garderai évidemment en mémoire des moments de sport riches en émotion : un titre de Championne de France et une seconde place, un Championnat du Monde des jeunes chevaux, une victoire et la marseillaise sur mon premier international Medium Tour. Je suis très reconnaissante de cette expérience, et souhaite beaucoup de belles réussites à Mr Martinez, ainsi qu’à toute l’équipe du Haras de Malleret ».

Si elle s’apprête donc à refaire ses valises, Pauline Guillem retrouvera en terres normandes la liberté mais aussi les risques du travail à son compte : « j’ai eu la chance de passer du temps, et me former chez différents professionnels, en Belgique, en Allemagne et bien évidemment en France. Ça m’a à chaque fois apporté une vision et une expérience nouvelle. Soutenue par mes proches je me suis juste sentie prête de créer ma propre écurie, en essayant d’optimiser au mieux le sport et le bien être des chevaux. Mes envies restent inchangées, je souhaite continuer à avancer vers le haut niveau » ; une évolution professionnelle qui n'est sûrement pas totalement étrangère à ses ambitions personnelles « je suis [...] très famille ». C'est entre Rouen et Buchy qu'elle s'installera dans les semaines qui viennent : « je souhaite développer une écurie de sport et de commerce : peu de boxes (ndlr : 14), mais très tournée vers le cheval, pour prendre réellement du temps pour eux, les connaître au mieux tout en essayant de les valoriser et performer en compétition. J’ai réussi à créer une super petite équipe et je suis heureuse de continuer à leurs côtés […]. Une nouvelle aventure très excitante commence. Je suis ouverte à toute nouvelle proposition de partenariat, avec des investisseurs, sponsors, propriétaires ou éleveurs, qui souhaitent travailler dans une relation de transparence et confiance sur du long terme. Le dressage français est en plein essor, et j’espère pouvoir y participer ».


crédit photo : Xelashooting

Comments


childéric janvier 2024.jpeg
la collection 2024.jpeg
encart haras de la gesse janvier 2022.gif
ENCART FAVEREAU NOV 2022.jpg
HARAS DU COUSSOUL 2024 DEF.gif
pixio octobre 2023.jpg
EquitStore DressProd.gif
encart haras du feuillard dec 2022.gif

ÉGALEMENT DANS L'ACTU

bottom of page