Pauline Guillem : lorsqu'on a monté le Grand Prix, on a qu’une envie : y retourner !

Déjà aux commandes de plusieurs chevaux du Haras de Malleret en 2020, Pauline Guillem intégrait finalement la structure bordelaise à plein temps le 1 er janvier dernier. Après un peu plus de deux mois, la jeune femme est désormais prête à reprendre le chemin des terrains de concours avec de nouveaux chevaux. En ce début de saison, Dressprod fait le point avec Pauline Guillem :


Depuis le 1er janvier, vous êtes désormais cavalière pour le Haras de Malleret. Comment la répartition des chevaux s'est-elle effectuée ? Quels chevaux composent aujourd'hui votre piquet ?


M. Martinez avait fait la répartition des chevaux à mon arrivée. J’en connaissais quelques uns puisque ils étaient en Normandie avec moi. Je les découvre doucement, et nous prenons nos marques ensemble. Je monte donc Fusion (Furstenball *De Niro) qui a 3 ans, Renaissance (Borsalino*Dancier) et Romulus (Rock for me* Lauries Crusador), tous les deux âgés de 4 ans, Dress Code (Dancier*His Highness) et De Sica (De Niro*Sir Donnerhall) qui ont 5 ans, Floyd Pepper (Furst Romancier *Sir Donnerhall) et Golden Romance (Governor*Sir Donnerhall) en 6 ans, Barcelona (Bretton Woods*Diamond Hit) et Dancielle (Danciano*Florencio) toutes les deux âgées de 7 ans, Zeus (Zonik*Brentano II) qui a lui 9 ans et enfin Stolzenberg (Sandro Hit*Lord Sinclair), 11 ans. Je suis vraiment très heureuse de travailler dans cet endroit merveilleux, où tout est mis à disposition pour que les chevaux soient au mieux, dans leurs corps, comme dans leurs têtes. J’ai la chance d’aimer monter tous les chevaux que j’ai dans mon piquet. Ils sont différents, et m’obligent à m’adapter. J’ai beaucoup d’étalons et ils ont cette personnalité que j aime tant. Je crois en chacun d’eux.


Quels sont vos objectifs de saison avec Golden Romance, Barcelona de Malleret et Stolzenberg de Malleret ?


Ils sont tous les trois en prêt pour la saison 2021. La période de Rhinopneumonie a malheureusement décalé un peu la reprise des compétitions. Je crois qu’il est primordial de prendre soin de nos chevaux. Je suis de tout cœur avec les propriétaires et cavaliers, qui subissent les conséquences de cette maladie.


J’espère pouvoir commencer Stolzenberg de Malleret, pour qui j ai eu un vrai coup de cœur en raison de sa générosité dans le travail, et Barcelona de Malleret, sur le Grand national de Jardy, début avril. Elle reprendra sur les difficiles épreuves des 7 ans. Elle a bien assimilé toutes les difficultés de ce niveau. Je suis confiante, je crois énormément en notre princesse. Elle sera épaulée sur ce niveau d’épreuve, par Dancielle de Malleret une fille de Danciano de Malleret, l’étalon du haras. Golden Romance devait partir chez Dorothee Schneider la semaine dernière. Mais avec l’épidémie de Rhino, elle ne peut pas, pour le moment, l'accueillir pour des raisons sanitaires. Nous allons donc voir au fur et à mesure.

Comment s'organise désormais votre journée type ?


Nous commençons la journée à 7h. Il y a d’abord le travail d’écurie en équipe, je suis en général sur mon premier cheval vers 7h30, jusqu à 12h30, grâce à ma groom Clémence qui me les prépare et fait les soins. Je monte plutôt les chevaux d'âge le matin. Alfonso, qui est le second cavalier, est d’une aide précieuse. Nous nous regardons, nous nous conseillons. Les chevaux vont au paddock le matin ou l'après-midi en fonction de l’ordre dans lesquels je les monte. L’après midi, je fais souvent les trottings où je m’occupe des jeunes chevaux, des débourrages par exemple. Nous avons l’énorme chance d’avoir la balnéo, ce qui permettent à nos chevaux, d’aller au spa ou à l’Aquatrainer pour un entraînement et une récupération maximale. Le Haras de Malleret est une petite équipe à taille humaine, tout le monde est passionné et c’est agréable de travailler dans ces conditions.

Au delà des Jeunes Chevaux, ambitionnez vous prochainement un retour sur le Grand Prix ?


Oh que oui ! Je crois que, lorsqu'on a monté le Grand Prix, on a qu’une envie : y retourner ! Je monte tous les jours en gardant ça en tête et en cherchant à en garder les sensations. Je remercie Monsieur Martinez de me faire confiance et de m’avoir laissée des chevaux que j’espère amener à ce niveau, peut être pas demain sur le Grand Prix, mais sur le Medium Tour rapidement. Lucky Gold, mon cheval personnel, s’en approche également. Nous travaillons dans cet objectif avec Annick Dauban, qui nous entraîne, en respectant nos chevaux bien évidemment. Chaque chose en son temps, je m’épanouis déjà tous les jours de faire un métier-passion, et je profite de chaque moment. J’ai beaucoup de chance.


crédit photo : DR

childéric2.jpg
bandeau saison 2021 - 1.jpg
GIF-Foals-2020-HDLG.gif
logo e riding def.png
31.gif
v5.gif
encart jumpin.jpg
steinberg mars 2021.jpg
encard.jpg
Natacha Micoud dressage.png

CHEVAUX DE DRESSAGE A VENDRE : Tarif annonce : 15€ / le trimestre

également dans l'actu