top of page

Andreas Helgstrand : nous prenons très au sérieux le contenu des reportages

Si nombreuses ont été les réactions suite à la diffusion du reportage incriminant sa structure, Andreas Helgstrand s'exprimait néanmoins sur ses réseaux sociaux mercredi soir :


"Ce que nous voyons dans les reportages de TV 2 nous impacte beaucoup. Ce n'est pas juste. Il s'agit d'une mauvaise équitation et de mauvais traitement des chevaux, que nous ne voulons pas voir chez Helgstrand Dressage. Ceci ne répond pas à nos lignes directrices, à nos valeurs et ce n'est pas l'expression de notre culture. Nous devons corriger cela.

Nous constatons un changement dans notre ensemble de valeurs et il est de notre responsabilité, en tant que direction, de veiller à ce que notre travail et notre traitement des chevaux soient effectués de la meilleure façon qui soit. Nous voyons que dans les reportages que ça n'a pas été le cas. Nous pouvons et devrions faire mieux.

C'est pourquoi nous prenons très au sérieux le contenu des reportages. Les enregistrements datent de janvier 2023 et nous avons - tant avant les enregistrements que depuis - examiné attentivement nos processus de travail et introduit un large éventail de mesures et de points d'amélioration pour le bien-être animal, notre gestion commerciale et les conditions de travail pour nos employés.

Il est au cœur de notre travail que nos chevaux se sentent bien. Nous formons des chevaux de dressage d'élite qui, avec leurs cavaliers, doivent pouvoir se produire au plus haut niveau. Nous ne pouvons réussir que si nos chevaux prospèrent et qu'il y a une confiance entre cavalier et cheval. Les sports d'élite sont exigeants. Mais un cheval de sport, tout comme les autres athlètes, doit se sentir bien pour obtenir des résultats, et nous devons donc toujours être attentifs à la façon dont nous entraînons nos chevaux.

Nous entraînons ici à Helgstrand Dressage environ 350 chevaux par jour et faisons 10 000 heures de travail monté par mois. Comme les experts, nous pouvons aussi voir que dans certains cas il y a des comportements conflictuels dans les séances de travail. C'est inacceptable et nous y réagissons.

Nous avons 60 cavaliers et palefreniers professionnels qui travaillent quotidiennement pour la meilleure éducation pour nos chevaux. Il est de notre responsabilité de veiller à ce que nos lignes directrices soient respectées - que les méthodes d'entraînement soient utilisées correctement et que la santé et le bien-être du cheval soient toujours une priorité absolue.

Nous pouvons voir que certains de nos outils d'entraînement ont été mal utilisés pendant le tournage. Ils devraient guider et corriger le cheval, mais ils ne doivent jamais être utilisés comme punition. Nous tenons à préciser que le rollkur et le sur-usage de cravaches ne sont pas acceptés chez nous. Il en va de même pour le fait recouvrir des traces de plaie avec du cirage. Nous avons donc clairement indiqué qu'aucune forme de cirage n'est acceptée chez nous. Nous reconnaissons que nos chevaux peuvent parfois avoir des plaies dans la bouche. Ceci pourrait venir d'eux lorsqu'ils se mordent. Ceci dit, aucun cheval ne devrait être monté avec des blessures qui nécessitent soin et tranquillité. Depuis, nous avons introduit un contrôle complet de nos chevaux tous les 14 jours au cours de laquelle nos responsables d'écurie passent en revue la condition physique et mentale des chevaux.

[…] Nous avons choisi de ne pas participer aux émissions de l'Opération X à notre sujet, car nous sommes contre l'utilisation de séquences cachées par TV 2. Mais il ne fait aucun doute que nous prenons le contenu très au sérieux. Par conséquent, nous avons entendu les critiques et avons déjà apporté un certain nombre d'améliorations dans notre activité. "


source : communiqué - crédit photo : FEI/Leanjo de Koster

childéric janvier 2024.jpeg
la collection 2024.jpeg
encart haras de la gesse janvier 2022.gif
ENCART FAVEREAU NOV 2022.jpg
HARAS DU COUSSOUL 2024 DEF.gif
pixio octobre 2023.jpg
EquitStore DressProd.gif
encart haras du feuillard dec 2022.gif

ÉGALEMENT DANS L'ACTU

bottom of page