Rechercher

Et si la France alignait finalement une équipe aux JO de Tokyo ?


Si la France échouait cet été aux Championnats d'Europe de Rotterdam à se qualifier par équipe pour les Jeux Olympiques de Tokyo, l'espoir renaît tout de même de voir l'Hexagone aligner une équipe sur l'échéance japonaise. En cause : l'Afrique du Sud et le Brésil, qui, bien que qualifiés par équipe, ne sont pas aujourd'hui en mesure de présenter 3 cavaliers ayant atteint les performances demandées pour participer à l'événement.

Dans une interview accordée à Elodie Muller pour Cheval Mag (à lire en intégralité ICI), Emmanuelle Schramm Directrice Technique Nationale adjointe en charge du Dressage confiait en effet hier « tous les tickets olympiques pour les équipes ont été attribués à l’occasion des différents championnats internationaux et continentaux, néanmoins, au 31 décembre 2019, toutes ces équipes doivent prouver qu’au moins trois couples possèdent les minimas olympiques suivants : avoir obtenu deux fois la note de 66% sur le Grand Prix sur deux concours différents avec à chaque fois un juge international de niveau 5*. Or, deux pays ne remplissent pas aujourd’hui ces conditions ! », avant d'ajouter « si au 31 décembre l’une de ces deux nations n’a pas réussi à obtenir ses quotas olympiques, la nation qui totalise le meilleur score au cumul de ses trois meilleurs cavaliers classés à la ranking olympique sera rattrapée en créant une équipe dite composite ».

Le dressage brésilien, qui obtenait sa qualificatif par équipe sur les Jeux Panaméricains de Lima au Pérou, est aujourd'hui emmené par Joao Victor Marcari Oliva et Aron de Massa (1 fois 66,239 % sur le CDI du Mans il y a quelques semaines), Pedro Manuel Tavares de Almeida et Aoleo (61,587 % au Mans), Leandro Aparecido Da Silva et Dicaprio (67,326 % sur le Jeux Panaméricains), et Jose Edneu Senhorini associé à Xiripiti (62,348 %, également au Mans).

Du côté de l'Afrique du Sud, qui décrochait quant à elle sa qualification par équipe sur le CDI d'Exloo, là aussi plusieurs cavalières doivent encore atteindre les minimas. Si sa locomotive, Tanya Seymour et son Ramoneur se voyaient attribuer une note de 66,913 % sur l'étape Coupe du Monde de Herning et 67,065 % sur le CDI néerlandais, et que Gretha Ferreira et Lertevangs Lavina attrapaient déjà leurs minimas à Neumunster, Herning, S'Hertogenbosch, Hagen et Exloo, Laurienne Dittman et Don Weltino K doivent encore performer une fois à plus de 66 %. Nicole Smith et Chi La Rou étaient quant à elles récompensées d'un 66.283 % sur le CDI de Waregem mais le jury n'était cependant composé d'aucun juge 5 étoiles.

La France n'est cependant pas la seule nation à espérer constituer une équipe composite et devra aussi compter avec l'Autriche, et notamment Ulrike Prunthaller et Bartlgut's Quebec et Victoria Max Theurer et Benaglio. Les français sont désormais en ordre de marche pour tenter de se placer au mieux dans le classement permanent de la FEI. Morgan Barbançon sera donc au départ des étapes Coupe du Monde de Madrid, Salzburg et Malines tandis que Stéphanie Brieussel prendra la direction de l'étape de Stuttgart. Anne Sophie Serre pourrait elle aussi participer au concours espagnol, sous réserve de l'obtention d'une seconde place pour la France.

La France à Tokyo : réponse dans un peu plus de 8 semaines.

sources : Cheval Mag / Dressprod


GIF-dressprod-HDLG.gif
31.gif
encard.jpg
29.jpg

ANNONCES

# Suivez-nous

Instagram-orange-.png

© Dressprod 2018  Mentions légales