top of page

1 ère journée des JO : l'analyse de l'équipe fédérale

Les épreuves de dressage ont débuté ce samedi 24 juillet sur la piste olympique de l’Equestrian Park, avec le Grand Prix. Vingt-huit couples étaient au départ, dont Alexandre Ayache et Zo What pour la France : l'occasion pour l'équipe fédérale de revenir sur les performances du premier français.


Jan Bemelmans, sélectionneur national de l’équipe de France de dressage : « Nous avons manqué de concours cette année. Et cela n’a pas aidé puisque Zo What avait été arrêté après sa blessure à Ornago (ITA, sept. 2019). De fait, Il est clair que les juges n’ont pas assez vu le cheval cette saison pour savoir ce qu’il est capable de faire et à quel moment il sait prendre les points. Le cheval a fait son job et a produit de belles figures à la moitié de la reprise comme le passage, le piaffé… mais les juges n’avaient pas de recul suffisant pour être plus généreux. » Emmanuelle Schramm, DTN adjointe en charge du dressage : « On sait tous combien ce couple est capable de performer pour atteindre plus de 70%. Zo What était tendu au début de la reprise et il faut savoir que c’est un cheval très émotif, même si Alexandre a beaucoup travaillé sur ce point. Partis d’assez bas, ils sont tout de même parvenus à remonter en retrouvant rapidement leur aisance habituelle sur les principaux mouvements, jusqu’à atteindre pratiquement 69%. Même si nous partageons la déception d’Alexandre, cela fait partie du sport. » Sophie Dubourg, DTN : « Ce résultat est loin d’être une contre-performance. On reste dans la course et on attend l’entrée en compétition des deux cavalières de l’équipe demain. Rien n’est perdu pour l’équipe de France. Il faut y croire jusqu’au bout. »

Comments


childéric janvier 2024.jpeg
la collection 2024.jpeg
encart haras de la gesse janvier 2022.gif
ENCART FAVEREAU NOV 2022.jpg
HARAS DU COUSSOUL 2024 DEF.gif
pixio octobre 2023.jpg
EquitStore DressProd.gif
encart haras du feuillard dec 2022.gif

ÉGALEMENT DANS L'ACTU

bottom of page