top of page

Étude : la plupart des chevaux de Grand Prix à l'aise dans la majorité de leur travail


Alors que le bien être animal ne cesse, à juste titre, d'être au cœur des discussions comme des préoccupations, et que le dressage de haut niveau fait parfois l'objet de vives critiques, une étude récente apporte un autre regard sur la discipline.


Contactée pour donner son avis sur la photo d'un cheval de Grand Prix, le Dr. Sue Dyson, diplômée de l'Université de Cambridge en 1980, responsable d'un service d'orthopédie pendant 37 ans au Centre d'études équines du Animal Health Trust, membre honoraire de l'association vétérinaire équine britannique, ex-présidente de l'association vétérinaire britannique et auteur de plus de 300 articles publiés à travers le monde traitant des boiteries et de imagerie diagnostique, explique au site américain The Horses qui relayait cette étude le 21 mai : "quelqu'un m'a envoyé une photo d'un cheval en particulier et m'a demandé : ce cheval souffre-t-il ?. J'ai dit que je ne pouvais pas émettre de jugement sans voir l'enregistrement vidéo de l'ensemble de la reprise". Elle ajoute également " vous ne pouvez pas simplement regarder des instantanés (pour savoir comment un cheval se sent). Vous devez regarder l'image dans son ensemble et évaluer l'ensemble de la reprise".


Sue Dyson et la co-autrice de l'étude, Danica Pollard vétérinaire épidémiologiste et analyste de recherche, ont donc observé 147 vidéos issues de 9 étapes des Coupes du Monde 2018 et 2019 en appliquant le "RHpE" (Ridden Horse Pain Ethogram) : l'éthogramme de la douleur des chevaux montés ; en bref, un catalogue des expressions et comportements identifiés comme la manifestation de douleur(s). 24 comportements ont été identifiés et un score ≥ 8 / 24 défini comme susceptible de refléter la présence de douleurs musculo-squelettiques.


Les deux chercheuses sont finalement arrivées à la conclusion que le RHpE des 147 vidéos étudiées était de 3/24 "ce qui signifie que ce sont des chevaux confortables" analyse Sue Dyson. Elles notent également que 68 % des chevaux ouvraient la bouche pendant plus de 10 secondes et que 66.7% avaient la tête en arrière de la verticale d'au moins 10 degrés pendant au moins 10 secondes, ce qui pourrait refléter un mode d'entraînement ou une gêne, mais pas nécessairement une position d'hyperflexion «forcée» explique la scientifique.


L'étude révélerait également que certains mouvements ne seraient toujours jugés selon les directives précises de la FEI. "Il semblerait que [...], le jugement ne suit pas toujours de manière fiable les directives de la FEI" explique-t-elle, avant d'ajouter " cependant, il est également possible que les juges ne soient tout simplement pas assis dans une position où ils pourraient voir ces erreurs". Les deux chercheuses observaient cependant que les notes avaient tendance à être élevées lorsque que RHpE était lui, faible.


L'étude conclue : "cette étude a prouvé qu"au niveau élite, sur la base des scores RHpE, la majeure partie des chevaux de Grand Prix de dressage étudiés étaient à l'aise dans la majorité de leur travail. Cependant, certains chevaux ont présenté un inconfort épisodique et l'identification de la cause peut améliorer le bien-être et la performance des chevaux. [...]. L'influence de la bride par rapport au filet simple mérite une enquête plus approfondie".


sources : The Horses / Etude

Comentários


childéric janvier 2024.jpeg
la collection 2024.jpeg
encart haras de la gesse janvier 2022.gif
ENCART FAVEREAU NOV 2022.jpg
HARAS DU COUSSOUL 2024 DEF.gif
pixio octobre 2023.jpg
EquitStore DressProd.gif
encart haras du feuillard dec 2022.gif

ÉGALEMENT DANS L'ACTU

bottom of page